Archives pour la catégorie Actualités

F4 Design Showreel 2016

motion-designgraphic-designweb-design

Nouveau showreel

Bonjour à tous, après de nombreuses années sans mettre à jour ma bande démo qui datait de 2011,  l’envie m’a pris de recomposer une bande démo avec du nouveau et de l’ancien. Voici donc mon nouveau showreel 2016  de 1 min 14 pour apercevoir quelques projets et réalisations en design graphique, web design, motion design, 2d et 3d dans cette version !

La musique utilisée est « Alex Ranzino & Mesto – GO! » .
J’ai monté un peu de sound design dans l’introduction, d’après les bibliothèques de sons dont je dispose.

Pour conclure, c’est vrai que j’ai aussi utilisé  d’anciens travaux qui me tiennent à cœur notamment en pure 3D, car j’ai eu peu l’occasion d’en réaliser.

Je rappelle pour les nouveaux visiteurs,
Mon site : www.f4-design.fr
Mon portfolio : www.f4-design.fr/portfolio/
Ma page Facebook pro : www.facebook.com/F4.Design/
Mon Twitter : twitter.com/f4lco

Enquête métier : Infographiste

Cultivez votre différenceEn raison d’un grand nombre de demandes pour répondre à une enquête métier d’infographiste reçu quotidiennement, j’ai décidé de créer cet article pour répondre aux questions fréquentes à ma manière et en fonction de mon expérience personnelle. J’espère que cela aidera les personnes qui cherchent des réponses sur le métier d’infographiste. Il n’est donc pas nécessaire de me demander une enquête métier par email, je n’y répondrai pas. Je peux, par contre, répondre à vos questions en commentaire sur cette page. J’invite également les autres infographistes à compléter ou apporter leurs propres expériences ici. Bonne lecture !

infographiste créateur artistique1 – Depuis combien de temps faites-vous ce travail ?

Depuis 2007, avec des périodes de cdd et interim et depuis 2009 en indépendant + des missions d’intérim, beaucoup plus rarement. Je privilégie mes interventions ou ma collaboration en tant qu’indépendant pour les différents organismes, ce qui me permet de m’exprimer plus librement et en toute franchise. Il me semble que mon discours a plus de crédibilité en tant qu’indépendant. Les agences de communication et web qui ont déjà développé un réseau de clients réguliers et nouveaux permettent de plus facilement donner du travail aux jeunes indépendants qui doivent développer le leur. Il est donc très intéressant de travailler aussi pour des agences. Cela apporte également la possibilité de travailler en équipe, de répondre à de plus gros projets pour des marques et grandes entreprises qui font davantage confiance à des agences, d’avoir des budgets suffisants pour mener des projets comme il se doit, etc…

2 – Quelles sont les tâches et activités principales à effectuer ?

Travail quotidien de l'infographiste
Les tâches sont multiples. Je vais citer ici une liste non exhaustive en rapport à ce que je fais généralement en tant qu’infographiste indépendant, mais il faut savoir que les infographistes en agence, en entreprise ou en indépendant ne feront pas exactement les mêmes tâches quotidiennes. Cela dépendra aussi de l’équipe dont il dispose ou non, mais également de ses compétences et de son expérience.

  • Briefings ou débrifings quotidiens avec le client ou en équipe. On peut aussi appeler ça un rendez-vous d’avant ou d’après projet.
  • Lecture et réponses aux emails, réseaux sociaux, forum ou blogs liés à son entreprise.
  • Écoute des messages téléphoniques et notifications des rappels à effectuer.
  • Lecture du planning et des tâches à effectuer dans la journée.
  • Gestion du planning en fonction des demandes, besoins et priorités.
  • Veille concurrentielle ainsi que graphique, web, artistique, design.
  • Rendez-vous en ligne ou physiques : clients et leur entourage professionnel, partenaires, collaborateurs
  • Etudes et recherches graphiques , artistiques, techniques ( qui à la différence de la veille, inclut les tests créatifs, techniques, etc… un peu le moment où vous vous exprimez vraiment, ce sont des moments très rares en entreprise ou agence et pourtant capitaux pour votre épanouissement, la qualité de votre travail, votre créativité. Ces moment sont bien plus libres en indépendant car vous les gérez.)
  • Conception et création des projets divers en fonction des demandes et de vos capacités. Un infographiste peut toucher à énormément de domaines graphiques et techniques tout comme il peut être très spécialisé. Je vous invite à lire mon guide « Trouver l’infographiste idéal pour votre projet » pour en savoir plus sur la diversité du métier d’infographiste qui comporte bien des facettes inconnues de certains, vous verrez cela en lisant le guide !
  • Les pauses dans la journée. Très importantes pour moi :
    • Se déconnecter des écrans et d’internet pour prendre l’air, reposer le cerveau, revenir au réel.
    • Les pauses permettraient d’améliorer son efficacité (j’adhère à ce principe.)
    • Sortir la tête du guidon et prendre du recul ( parfois en tant qu’indépendant je prends des pauses de plusieurs heures, voir plusieurs jours quand c’est possible. Cela m’apporte beaucoup d’énergie pour revenir encore plus performant et avec de nouvelles idées)
    • Ne pas vivre que pour son boulot, mais profiter des moments  avec ses amis, sa famille et les personnes qui comptent.
  • Résoudre les problèmes administratifs (si vous êtes indépendant. Mais vous pouvez aussi faire appel à un comptable) et les problèmes techniques (à moins d’avoir un spécialiste en informatique dans votre entreprise, se qui n’est pas toujours le cas, c’est à vous de prendre en charge les problèmes technique de votre ou vos machines et de vos logiciels. Avec le moteur de recherche le plus connus vous trouverez 99% de réponses ;). Il vous faudra juste prendre le temps et vous y mettre. )
  • Les correctifs et modifications de vos créations ou exécution graphiques. Et oui les clients veulent toujours tous changer et il va falloir bien réfléchir à chaque pixel, mise en forme,  idée, etc… que vous avez mis en place. Car vous devez être capable de l’argumenter si elle est valable. Sinon vous procédez aux correctifs ou aux modifs.
    Attention chaque modification doit être facturée si vous êtes en indépendant. Il ne faudrait pas faire gratuitement une nouvelle demande et perdre votre temps et de l’argent avec un client qui profite de votre gentillesse pour vous faire créer au final la nouvelle maquette de Facebook  ou la nouvelle navette spécial en 3D du dernier Spielberg. Au départ la demande était : Un site vitrine pour entreprise et une icone de fusée ! Vous avez fait un devis pour ça, pas pour autre chose. Plus vous proposerai des gratuités et des remises, moins la valeur perçus de votre travail se ressentira. Il y a un juste milieu. De plus c’est ainsi que vous dévaloriserez votre profession et vos possibilités d’améliorer vos revenus en indépendant.
  • Bien manger, bien dormir, s’épanouir :). Toutes ces choses de la vie sont en relation avec votre travail quotidien!

3 – Quel est votre niveau de responsabilité ?

Responsabilités de l'infographiste
En agence, entreprise ou lors d’une intervention pour les mêmes structures, habituellement l’infographiste a pour responsabilité d’exécuter la mise en forme de divers supports selon un cahier des charges ou les directives d’un chef de projets ou/et un directeur artistique. Ou de concevoir et/ou créer graphiquement, techniquement les supports, sans ou avec interactions, animations, etc…

En indépendant, l’infographiste qui intervient seul sur un projet sans direction artistique ou chef de projet, doit alors plus ou moins endosser tous ces rôles. Tout dépend de ses capacités à se faire comprendre, à argumenter, analyser, budgétiser, planifier et proposer des idées et solutions. Il n’est pas rare qu’un infographiste indépendant se voit donner des responsabilités d’un directeur artistique ou chef de projet à partir du moment où il gère d’autres personnes sur un projet dont les compétences graphiques et de communication visuelle sont inférieures ou inexistantes, que cela soit pour la gestion de l’identité visuelle et l’image que doit transmettre l’entreprise, un projet, une marque. C’est souvent le cas pour des petites et moyennes entreprises.

Certains infographistes sont bien meilleurs, techniquement ou graphiquement en infographie que des directeurs artistiques ou chefs de projet. Néanmoins, ils n’ont pas forcement les facultés d’analyse, de gestion de projet et d’équipe, de communication orale, de leadership, etc… qui en feront des directeurs artistiques ou chefs de projets. D’autres préfèrent réaliser les choses que les faire réaliser, ils resteront donc infographiste même s’ils ont les capacités d’un directeur artistique ou d’un chef de projet. D’autres encore, à l’inverse, préféreront mener une équipe, un projet, une vision artistique/graphique, etc… et trouveront donc leur place uniquement en tant que directeur artistique ou chef de projet, etc… Le niveau de responsabilité est donc amené à évoluer en fonction de vos capacités et envies.

Me concernant, j’aime faire les 3. J’ai encore beaucoup à apprendre et je ne suis pas encore décidé sur une position : Infographiste, directeur artistique , chef de projets ou autre. Je me présente habituellement en tant que chef de projets, infographiste et webdesigner. Je suis amené à prendre le rôle du directeur artistique pour certains projets.  Je me présente parfois qu’avec une de mes fonctions par rapport à la demande du client.

4 – Quelles sont vos conditions de travail ?

Mes conditions de travail varient en fonction du temps, de mon expérience et de mes clients. Je ne vous parle ici que de mes conditions en indépendant dans ma petite entreprise à un instant « T » (aujourd’hui). Car chaque entreprise à ses avantages et inconvénients.

  • Horaires de travail : 9h-10h30 (pause 5 à 15 min) 10h45- 12h15, (viens la pause déjeuner  de 12h à 14h) 14h-16h (pause de 16h à 17h30 car je m’occupe de mon fils) puis je termine souvent de 18h à 19h30, parfois en cas de projet à rendre ou urgence jusqu’à 21h. J’ai tendance à obliger mes clients à patienter quand le projet prend du retard de leur fait. Sinon je fait en sorte de terminer dans les temps , sauf cas exceptionnel.
  • Déplacements : 95% en télétravail, 4% rendez-vous dans le sud de la France, 1% dans le reste de la France. Les déplacements varies en fonction de la proximité de mes clients (auquel cas je vais les voire à mes frais), de la nécessiter d’un déplacement et des frais payés par mes clients pour pouvoir me déplacer dans le cas de déplacements hors de ma région.
  • Un projet peux prendre 1h minimum (en heure facturé, bien entendu il se peux que cela me prenne moins de temps mais il n’est pas envisageable de facturé en dessous d’une heure de travail estimé, sinon on appellerai l’infographiste pour tout et n’importe quoi comme mettre un police en gras sur un texte dans un fichier fait par un autre prestataire… etc…). Facturer au forfait horaire au minimum permet de limiter les demandes inutiles, non rentables et qui font perdre du temps et de l’argent. D’autres projets peuvent prendre des jours ou des mois. Dans ces cas là, je facture au forfait journalier ou en fonction du projet. Il ne faut pas perdre de vue que la tarification que vous imposez à vos clients sera en fonction de votre niveau d’expérience, vos compétences, votre rapidité d’exécution, votre facultés créatives ainsi que votre notoriété.

5 – Quelle est la formation nécessaire pour accéder à ce poste ?

infographiste formé au multimédiaD’après mon expérience personnelle d’autodidacte ayant gardé le chemin des études uniquement pour avoir un diplôme pour jouer en ma faveur, je dirais qu’un diplôme de type BTS , licence ou Master est un bon début. C’est ainsi que votre niveau de rémunération sera calculé dans vos années en entreprise. Donc même si vous êtes un roi du pixel et du crayon, il vaut mieux un diplôme pour ne pas trop vous faire exploiter.

Rien de mieux à mon sens pour commencer avec des bases solides que des études spécialisées dans l’infographie ou le secteur d’activité dans lequel vous voulez travailler. Néanmoins, seules quelques écoles reconnues permettent d’accéder à des embauches suite à des stages. Pour beaucoup ce sera pointage au pôle emploi après leur stage de fin d’études ! La dure réalité.

De mon côté j’ai suivi le cursus atypique suivant :

  • Collège
  • École de Condé Lyon : 1 an en dessinateur maquettiste
  • Retour au lycée ( un échec car cela ne m’intéresse pas 🙁 )
  • BEP compta/gestion (cela m’aide dans mes tâches administratives, c’était l’idée de cette orientation)
  • École de l’ETPA à Toulouse ( BTS infographiste multimédia en 2007 et 2008 )
  • Stage de fin d’études à CELAD (Très bons souvenirs)
  • École de l’ETPA à Toulouse ( Licence/maîtrise concepteur 3D en 2009 )
  • Stage de fin des études à TF1 (Très bons souvenirs)
  • Travail bénévole pour un projet de site de rencontre entre 2008 et 2010 ( nous étions 3 associés pour ce projet de cœur ^^. Des expériences et beaucoup d’erreurs qui me servent encore dans des projets d’aujourd’hui ! )
  • 7 mois en agence web à Montauban
  • Indépendant/intérim depuis fin 2009 avec 95% en indépendant.
  • Je continue à me former en fonction des besoins avec des tutos web gratuits et payants mais aussi avec des tutos « master classes » à distance.

6 – Qu’est ce qui vous a attiré dans ce métier, les aspects positifs ?

Infographiste un métier de passionnés

  1. Exercer un métier créatif, avec notamment la liberté d’employer des techniques variées pour arriver à créer ce que l’on souhaite et souvent ce que souhaite le client. Un des enjeux est d’arriver à argumenter pour répondre aux réels besoins et objectifs du projet et non aux envies personnelles du client.
  2. L’autonomie et à la fois le partage communautaire grâce à internet qui permet d’en apprendre beaucoup, voir tous les jours.
  3. Le travail d’équipe pour créer des projets conséquents, les possibilités étendues en graphisme et infographie ce qui permet de varier son travail constamment si toutefois on fait de la création et non de l’exécution.
  4. La communication sous toutes ses formes.
  5. Savoir que c’est un métier qui évolue et pour lequel on peut évoluer en travaillant dur
  6. Pouvoir vivre de sa passion tout en étant rémunéré. (Mais attention, ce n’est pas un métier pour devenir riche, rares sont ceux qui le deviennent dans un métier artistique !)

7- Quelles sont les contraintes, les aspects les plus difficiles ?
Les secrets d'un webdesigner à votre service

  1. Les difficultés techniques et artistiques, il faut donc se tenir à jour et être à l’écoute des tendances, du marché, des nouveautés… La concurrence est rude !
  2. Le temps de travail conséquent qui en pousse beaucoup à abandonner. Seule la passion vous fera tenir, donc si vous n’êtes pas passionné, laissez tomber.
  3. Ne pas compter ses heures surtout les premières années ou vous exercez le métier.
  4. Etre obligé d’enchaîner les stages, ou les intérims ou les cdd pendant des années (La plupart de mes collègues étudiants en infographie ont du passer par là avant d’être employé en CDI, d’autres sont intermittents, rares sont indépendants, le reste a abandonné le métier.)
  5. Devoir être un « mouton à 5 pattes » pour être recruté.
  6. Etre le nouveau Léonard De Vinci dans un domaine pour se démarquer,
  7. En indépendant, faire pas mal de choses que l’on aime pas forcément et dont on est pas souvent fier pour faire de l’alimentaire surtout les premières années. La réalité des choses fait que quand la plupart des clients a un budget serré, vous ne pouvez pas faire de miracles alors vous proposez des solutions au mieux en fonction. Même si elles ne vous plaisent pas. Pour être positif on pourrait dire que c’est aussi une faculté d’adaptation.

8 – D’après vous y-a-t-il des contre-indications à la réalisation de ce métier (problème de santé, disponibilités, etc…) ?

Oui en voici quelques exemples :

  1. Avoir des problèmes de communication. C’est un métier qui nécessite de savoir communiquer oralement aussi surtout si vous travaillez dans le domaine de la communication visuelle, web et/ou multimédia. Vous serez en relation avec toutes sortes de personnes : Chefs d’entreprises, créateurs d’entreprises, dirigeants de services, collaborateurs d’un autre secteur ou du même secteurs, clients, partenaires. Il faut donc savoir communiquer pour les besoins des projets.
  2. Laisser tomber si l’on pense travailler 35h/semaine surtout les premières années, c’est très rare même en agence ou entreprise on fait toujours des heures supplémentaires.
  3. Etre « mou », la réactivité et l’efficacité fond partie des bases demandées notamment à un indépendant.
  4. Avoir peur d’être jugé. Vous serez jugé sur quasiment tous vos travaux, donc soyez relax ^^ et sachez trouver vos arguments. Si vous êtes convaincu et que votre idée est argumentée, pas de soucis à priori. Sauf si vous vous plantez complètement !
  5. En indépendant le nerf de la guerre, c’est de trouver des clients. Vous apprendrez à aimer vendre votre travail et vous mettre en valeur. Vous apprendrez aussi les rudiments de la communication et du marketing si vous voulez vous en sortir. Personnellement, je prends cela comme un jeu, donc ça m’amuse beaucoup. Même si parfois, vous n’avez aucun client à l’horizon, le moral en prend un coup ! Il vous faudra faire preuve de patience.
  6. Je ne vois pas de contre-indications de santé en indépendant. D’autant qu’internet permet le travail à distance. Par contre, pour exercer en tant qu’employé dans une entreprise, il faudra pouvoir tenir un temps complet car les postes sont très rares à mi-temps.

9 – Pensez-vous qu’il y ait actuellement des débouchés ?

Oui, par contre pas facilement et pas dans tous les secteurs. Je pense qu’il faut choisir ou s’orienter petit à petit entre se spécialiser ou être généraliste en infographie, en fonction de ses envies de travailler en entreprises ou en indépendant. Néanmoins, les spécialistes qui ont de la bouteille peuvent très bien travailler en indépendant car ce sont de véritables experts dans leur domaine et donc ils sont recherchés… Si vous choisissez de devenir un spécialiste, choisissez une spécialité intemporelle, qui n’est pas tributaire d’une marque ou d’un logiciel… par exemple pour un infographiste 3D être spécialiste de l’animation ou de la modélisation donc être capable d’animer ou modéliser quelque soit le logiciel et mieux que le font les infographistes « généralistes » évidement. Ou par exemple webdesigner spécialiste des sites d’entreprises, ou encore graphiste/infographiste spécialiste en création d’identité visuelle pour les multinationales, etc…

10 – Comment recrute l’entreprise ou l’organisme ( annonces, Pôle emploi, …) ?

Pour les métiers de l’infographie web, je dirai que les « Juniors » débutants professionnels sont plutôt recrutés par le biais des gros organismes comme pôle emploi, mais surtout les agences d’intérim. Les confirmés et + sont recrutés directement par les agences ou entreprises qui consultent leurs site, leurs réalisations ou qui ont eu vent de leur savoir-faire. Pour se faire recruter même étant Junior, le mieux je pense est de se créer un site avec book(portfolio) ou une bande démo vidéo (Showreel) pour les infographistes vidéo/3D… Mettre des extraits de vos meilleurs projets finis ! J’insiste sur « finis », car les personnes qui vous recrutent veulent voir un résultat, pas une ébauche ou un projet non terminé. Sauf si celui-ci est novateur ou unique et qu’il mérite qu’on s’y attarde !

A titre indicatif, il ne faudra pas attendre qu’un organisme de recrutement vous fasse signe. Cela n’arrivera quasiment jamais. C’est à vous de vous y inscrire et d’être actif.

11 – Quels sont les critères de sélection ? (Expérience, stage, formation, esprit d’initiative, etc… )

Beaucoup de critères sont regardés, comme pour tous le CV est indispensable. Néanmoins, les critères le plus regardés seront les références ( nom d’entreprises connues) et les réalisations (afin de déterminer directement de quoi est déjà capable le graphiste/infographiste…) ainsi que l’expérience qui sera, dans le cadre d’un emploi, un critère de rémunération. Dans le cadre d’un freelance, on regardera aussi souvent les témoignages, les avis, les projets externes. Dans les deux cas, il faut savoir qu’un recruteur regardera votre e-reputation. Pour faire simple, il consultera les résultats de recherche sur internet avec votre nom et prénom, fera un tour sur votre site, votre page facebook ou votre page twitter. Il regardera surtout les résultats de la première page des résultats  de son moteur de recherches habituel (majoritairement Google). Donc, si quelque chose cloche, votre demande ou votre profil sera mis à la « poubelle », ni plus ni moins.

12 – Combien de temps gardez-vous les CV qui vous sont envoyés ?

Actuellement, je ne les gardes pas, ils sont supprimés manuellement, car je ne recrute personne.

Je travaille avec des collaborateurs externes sur certains projets. J’ai recruté des stagiaires au début mais sachant que je suis un indépendant pleins de projets pro et perso, j’ai d’autres priorités pour lesquelles je consacre mon temps. Sinon, vu que je travaille en indépendant, je collabore avec d’autres indépendants ou des entreprises qui m’ont soit contacté par email/téléphone ou ceux pour qui je suis directement allé voir leur site internet et leurs références + travaux. Je faisais de même pour recruter les stagiaires. Je consultais le CV qu’après avoir consulté les réalisations et si celles-ci me plaisaient.

13 – J’ai encore des questions, ou puis-je les envoyer ?

Laissez vos questions ici ! Dans les commentaires de l’article.

Je ne réponds plus aux demandes d’enquêtes métiers par email, tous simplement parce que j’en reçois toutes les semaines et je n’ai pas le temps de répondre toujours la même chose ou presque, à chacun. C’est plutôt contraignant pour moi. L’idée de cet article sur l’enquête métier en infographie est justement de faire des réponses groupées ! Ainsi, vous obtenez des réponses regroupées et partagées, les autres infographistes peuvent également participer pour vous répondre ou laisser leurs commentaires et nous gagnons tous du temps. Tout le monde est content ;).

Nos super héros : Superman | Série photos montages graphiques

Superman création artistique

Retrouvez cette série de photos montages graphiques réalisés de façon purement artistique et publiés sur le blog. Je tenez à vous les partager 🙂 .
Voici ma 3 ème création pour le fun sur « nos super héros ».
Ci-dessus vous aurez reconnu Superman, dans une ambiance de couleurs sombres pour le personnage avec du rouge et bleu ainsi qu’un arrière plan claire.

L’image utilisée comme base de travail

superman_in_man_of_steel-HD

Dans le prochain article qui sera publié demain vous découvrirez Wolverine !

Charlie Hebdo : « Bien fait » lu sur les réseaux sociaux. #honte

« Bien fait » publient certains sur les réseaux sociaux. Cela devient une polémique ! En vue de la gravité des événements du  07/01/2015 qui ont eu lieu en France et plus particulièrement au journal Charlie Hebdo, je tenez à vous partager cette information. Je tiens le blog F4 Design qui parlent d’autres sujet mais là je ne pouvais pas me taire. Se qu’ils ont fait n’a rien de religieux à mon sens, se sont des « barbares ».

« Bien fait! » ? Comment pensez-cela ? De quelle époque barbare venez-vous ?

bien fait charlie hebdo bien fait charlie hebdo bien fait charlie hebdo bien fait charlie hebdo bien fait charlie hebdo bien fait charlie hebdo bien fait charlie hebdo

Des personnes réagissent

capture-d-e-cran-2015-01-07-a-18-18-51 capture-d-e-cran-2015-01-07-a-18-18-58 (1) capture-d-e-cran-2015-01-07-a-18-18-58 capture-doeocran-2015-01-07-ao-18-18-58

 

Et vous quel est votre point de vues ?

Je-suis-charlie-grand